Sélectionner une page

À propos

par | Août 23, 2018

 

Mon cœur de métier est celui du Design d’Interaction (IxD), la recherche créative de la solution idéale pour réconcilier intentions et contraintes, en concevant des interfaces graphiques qui permettent de faciliter et apporter de l’émotion dans l’interaction entre l’homme et la machine.

Mon terrain de jeu préféré est le Design Thinking et son application esthétique, le Graphical User Interface (GUI) ou UI. J’aime aller jusqu’au bout d’une conception interactive et toutes ses itérations, et ainsi concevoir les prototypes, les animations et pourquoi pas le développement quand l’occasion fait le larron. La maîtrise de ce dernier me permet notamment de réaliser des prototypes, mais je relègue la plupart du temps ce poste à des spécialistes, ce qui me facilite la tâche et me permet de rester focus sur mon terrain de jeux.
Aujourd’hui un terme très à la mode (trop !?) est l’UX (User eXperience) ou l’expérience Utilisateur en Français… l’UX étant une variante du métier de design d’interaction, tout comme l’UI ou même l’IA (Architecture de l’Information).

Ces disciplines ne sont que des segmentations du métier de designer d’interaction et donnent lieu à des outils et techniques que je m’efforce d’employer dans mon processus de design depuis maintenant 22 ans. Notre métier et nos outils muent en permanence, ils évoluent avec la complexité technologique de la “machine informatique” à qui ils s’en rapportent, l’Humain étant au centre de cette mutation.

Je vous invite à consulter mon parcours ci-dessous si le cœur vous en dit. 😇

Mon parcours

infographie parcours expérience

Années 70 / 80 – Enfance et Scolarité

Enfant je démontais souvent les appareils électroniques qui ne marchais plus et les transformais en des choses insignifiantes et inutilisables… Parfois j’en démontais même qui fonctionnait encore, au grand désespoir de mes grands frères qui retrouvais parfois leurs appareils hors d’usage… ils étaient furax !

J’ai beaucoup voyagé durant mon enfance, mon père était expat, ainsi de 18 mois à 18 ans, j’ai plus ou moins vécu dans l’ordre : à Bornéo (Brunei Panaga), au Nigeria (Port Harcourt), au Gabon (Gamba), au Sultanat d’Oman (Mascate), au Vietnam (Hô-Chi-Minh-Ville “Saïgon”), à Madagascar (Antananarivo). Tout cela entrecoupé de quelques passages en pensionnat en région Parisienne et dans les Alpes.

Panaga school sports day - 1976 ?

Au collège ma matière préférée était l’éducation manuelle et technique, (EMT pour les dinosaures) et j’adorais par dessus tout dessiner des perspectives et construire des maquettes. C’est ce qui m’a donné ma première vocation pour l’architecture intérieur, c’est ainsi que j’ai passé le brevet de technicien arts appliqué option volume architecturaux. Par la suite j’ai fait une école de préparation aux grandes écoles d’art et j’ai beaucoup hésité entre la scénographie et le design graphique, et c’est le graphisme et l’illustration qui l’ont emporté, grâce aux nouvelles technologies. Les ordinateurs me fascinait depuis toujours. J’ai donc commencé mes études de design graphique en contractant un prêt étudiant pour m’acheter un ordinateur super puissant ! 😀

Macintosh Quadra 700 - Apple QuickTake 100

En salle info j’étais le roi de la technique ! Pendant mes années d’études j’ai souvent été le camarade que l’on vient voir pour un conseil technique et logiciel. Je ne jurais que par l’utilisation de l’outil informatique comme moyen de réaliser mes créations. Mais je ne restais pas tout le temps planté devant l’écran, j’avais ce souci esthétique de fabriquer des choses avec mes mains, de les numériser et de les retravailler ensuite sur l’ordi.

Pour mon diplôme de fin d’études, j’avais même pousser le vice à réaliser un prototype de cédérom ludo-éducatif dont les images animés image par image, avait été réalisés en volume (pâte à modeler et papier mâché peint) et numérisés grâce à un appareil photo numérique (Apple Quick Take) relié directement à l’écran.

L’espace sens – (Mixed média : pâte à modeler, carton, sable, bois, tissu, 3D, dessin vectoriel…) photographié et animé image par image
Prototype réalisé sur Apple Média Tool – 1996

L'espace sens - prototype de cédérom interactif 1996

C’était super hight-low-tech à l’époque ! Le pire du comble est que ce prototype traitait des 5 sens… J’ai par ailleurs eu beaucoup de mal à défendre le goût et l’odeur à travers ce projet 🤣

Années 90 / 2000 Freelance depuis toujours,

 

L’âge d’or du cédérom : le design interactif et la pâte à modeler

Ce travail de fin d’études m’a par ailleurs fait remarquer auprès de Hachette Multimédia, gros éditeur de cédérom de l’époque, et m’a ainsi donné l’opportunité de prendre la direction artistique et la réalisation de tous les premiers cahiers de vacances Passeport sur cédérom ! Avec des images faites à partir de figurines en pâte à modeler !

Passeports hachette – 14 titres (2 saisons scolaire) – 1998

Le travail étant titanesque j’ai embarqué avec moi quelques camarades de promo avec lesquels nous venions de former un collectif, les 7inoui. Nous avons ainsi réalisé ensemble plus d’une centaine de produits multimédia ludo-éducatif pour Hachette multimédia, Micro Application, le Muséum National d’Histoire Naturelle pour ne nommer que les plus grands et en grande partie en collaboration avec l’agence multimédia Hyptique.

La suite logique à voulut que nous travaillions en rapport à notre savoir faire et notre expérience et nous avons donc continué à avoir des commandes de réalisation de cédérom ludo-éducatif et aussi la réalisation de pilotes et de prototype d’animation en image par image et avons travaillés en collaboration avec un atelier de décor les TrucMuches, collectif avec lequel nous avons partagé nos locaux pendant une dizaine d’année à Malakoff.

Pat la Kail le pilote – Réalisation & Animation – décor: les Trucmuches – 2001.

C’était les débuts du web, et je me suis frotté à la première bulle internet en travaillant le design de quelques starts-up… Notre collectif communiquait déjà sur le net à partir de 1997, j’avais développé notre premier site internet statique en html 1.0 où nous présentions nos travaux sous forme de portfolio. Puis au fil des mise à jour dans les années 2000 le site à évolué en Flash plus interactif et animé, développé avec Action Script 2.0, très prisés et très en vogue à l’époque.

Notre premier site en 1997

J’ai par la suite dû quitter notre collectif pour devenir salarié durant 2 années au sein de l’agence I-reel à Paris, où j’ai fait de la conception graphique pour le web et la vidéo en réalisant des animations flash et compositing vidéo sur After effects, en étroite collaboration avec les départements 3D et développement de l’agence. La clientèle etait essentiellement de l’univers du luxe et de la haute horlogerie suisse.

21 années d’expérience professionnelle en freelance ce sont écoulés jusqu’à aujourd’hui durant lesquels j’ai porté les différentes casquettes de directeur artistique, auteur multimédia, web designer, motion designer vfx, réalisateur, animateur tradi, intégrateur, développeur front end.

Puis j’ai quitté Paris pour le sud, à Marseille, toujours en freelance à répondre à des commandes en design interactif et en motion design. Entre 2009 et 2011, toujours à Marseille, j’ai co-fondé une société de communication globale “Midi à Minuit”, où j’ai assuré la direction artistique de projets de communication autant pour de grand comptes que pour de petites structures culturelles, associatives et artistiques.
Parallèlement j’ai monté et participé à quelques side projects, puis après 8 années à Marseille je suis passé à l’ouest, 😉 m’installer dans la belle région bordelaise en 2015.

Pas mal de chemin parcourus depuis, semé d’embûches et de virages serrés.

À commencer par l’été 2016, grosse période de remise en doute professionnelle pour moi, où je ressent cette vilaine sensation de m’être fait piqué mon fromage, certainement du fait d’avoir déménagé et d’avoir quitté les copains Marseillais, puis mes projets successifs des mois suivants ne sont que des échecs et n’aboutissent à rien, mais comme l’a dit Nelson Mandela « Je ne perds jamais : soit je gagne, soit j’apprends. ». Alors je continue d’apprendre un tas de choses !

 

En 2016 j’apprend la menuiserie

Dérouté par mes échecs et ma situation, attiré par le bois et le travail de celui-ci, je me renseigne sur la possibilité d’une formation en menuiserie. Je monte un dossier de financement et saisit ainsi l’opportunité de suivre une formation/préparation de CAP menuisier agencement bois en alternance chez les Compagnons du Devoir dans leur maison de Chancelade. Une belle expérience de 10 mois, de chouettes rencontres auprès d’artisans.

Au début j’envisageais l’objectif d’une reconversion complète, mais durant cette période j’ai cherché en permanence à trouver un lien entre mon métier de designer et celui de menuisier.

Un an après, juin 2017 le CAP en poche, 🏆 et bien que j’ai maintenant de bonne connaissance des essences de bois et que je sache fabriquer tenons, mortaises, et autres assemblages de toutes sortes, je constate que le métier de menuisier demande beaucoup de temps en expérience sur le terrain, (hé oui, il ne suffit pas d’un CAP pour se lancer en menuiserie de but en blanc) d’autant plus que cela demande aussi un gros investissement matériel (machine outils, atelier, matière première…)

 

Durant cette immersion dans les métiers de la filière bois, (menuiserie, charpente et construction bois…) je découvre que les artisans pour la plupart, sont déconnectés du digital et encore plus des outils de communication numérique. Les artisans travaillent avec le cœur c’est connu, bien souvent absorbés par leur métier, ceux-ci ne se préoccupent que trop peu de l’image qu’ils véhiculent sur internet, par manque de temp ou par simple désintérêt.

En 2017 j’apprend le marketing digital

Je me décide alors de relancer mon activité de toujours, en m’enrichissant de nouveaux supers pouvoirs; la maîtrise technique des réseaux sociaux, à travers le marketing digital et le copywriting ! 💪 ⚡

Les métiers du numérique ont énormément évolués ces dernières années et ce à l’origine de la révolution digitale qui a donné plus de pouvoir au consommateur. Les différentes évolutions en matière de savoir, de techniques de communication et d’information, notamment à travers les réseaux sociaux, se sont trouvés bousculés et ont modifiés de manière drastique les techniques classiques du marketing à papa.

Je me dote ainsi de ces nouveaux supers pouvoirs auprès de la fabuleuse école en ligne LiveMentor, qui propose des formations très pointues pour les entrepreneurs et freelance. Des cours enregistrés mais aussi des lives d’excellentes qualités, des mentors tout aussi qualifiés et toute une équipe d’assistant pédagogiques qui sont à votre écoute sur simple rdv téléphonique. Une communauté forte sur Facebook, avec un sens de la solidarité et de la bienveillance sans égal.

 

En 2018 je devient coopérateur à la CoopAlpha

Un projet écolocal pour aider les artisans

Il s’agit en fait pour moi, vous l’aurez peut être compris, d’un point de rebond suite à mes expériences passées.
En 2018 donc, je me défais de mon statut d’artiste auteur affilié à la Maison Des Artistes, et je devient entrepreneur salarié dans une CAE (Coopérative d’Activité et d’Emploi) au sein de la CoopAlpha. Je ne change pas de métier, juste de statut, ce qui me permet d’avancer avec mon projet, d’être accompagné, et surtout tenter de faire avancer ce projet qui doit être en accord avec les principes éthique du coopérateur solidaire et orienter mon activité selon les valeurs de l’Économie Sociale et Solidaire.

Le travail de la matière m’a toujours fasciné, le bois en particulier, d’où mon immersion en menuiserie. Celui-ci véhiculé par le métier d’artisan est une preuve d’amour pour la transformation de cette matière noble, les artisans sont des hommes et des femmes passionnés, ils ont une véritable estime pour le matériau qu’il travaillent.

Je veut donc aider ces hommes et ces femmes artisans, et pour cela, je met en place un projet de plateforme qui permet de « valoriser les savoir-faire éco-responsables et locaux » Il s’agit en résumé, d’aider les artisans éco-responsables qui travaillent les matières naturelles comme le bois, au quotidien, qui consomment le moins d’énergie grise possible, et qui font appel à des ressources renouvelables, écologiques, et locales, qui tendent vers une économie circulaire, sociale et solidaire et oriente leurs pratiques selon les valeurs du partage et de l’échange de savoir… Vaste programme n’est-ce pas !?! 💪

me contacter

rencontrons-nous !

Autour d'un café, d'un apéro ou d'un déjeuner... 

E-mail

madu [at] madu.fr

téléPhone

06 22 04 37 31

Addresse

25 Allée des graves

33850 Léognan

CODE DE DÉONTOLOGIE DU DESIGNER PROFESSIONNEL

Alliance française des designers (AFD)

#travailgratuit

Compétition
= Rémunération

Coopérateur Solidaire

Entrepreneur Salarié
à CoopAlpha

CURICULUM VITAE

Télécharger mon CV

2 + 11 =